FEDERICO DURAND

FEDERICO DURAND « A través del espejo » (12K)

Les crépitements transforment le paysage figé, comme frigorifié, en une petite ruche clignotante et remplie d’intentions. L’auditeur, tel une miniature de porcelaine, évolue dans cet univers de sophistications ( standardisées 12K) semblent le fruit d’une minutieuse attention aux plus petits détails des moments de silence de tous les jours. Le temps de l’inanimé surplombe et enveloppe ce disque jauni comme une vieille photo que l’on use à force de la regarder. Un discours mélancolique (un peu trop conventionnel dans la forme), auquel il faut arracher la pellicule de plastique transparent qui menace, afin d’éviter  l’échange muet dans l’espace des convenances du style ambient diffusé par 12K depuis des années.

Il faut passer ce cap pour découvrir les invitations à l’errance loin de la pure fonction « décorative », au gré des jardins que l’on imagine couverts de neige ou toujours plus seul(e) dans la bulle d’une tendresse nocturne.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s