Bruce Gilbert and BAW

Bruce Gilbert and BAW « Diluvial »

Il y a, en faisant un effort, en plissant les yeux, une cahute à l’ouest du soleil. Là-bas, à l’horizon. Je ne la voie pas. Ma conviction parle pour moi. Froid et de pluie noire. Le vent flagelle le visage. La pluie pique comme une armée d’aiguilles. L’eau goutte sur la glace. La glace rampe sur le sol. Le sol est limaille. Les herbes se font javelots, lames. Alors, on referme la porte. On calfeutre l’entrée, les fenêtres. Et l’on écoute la complainte du néon vacillant sur son vague à l’âme. Qu’en cela va t’il finir ? Quand reprendre le chemin, pour remonter sur le promontoire. Voir au delà de cette masse grise, à l’ouest du soleil. Alors, sur « Rest/Reflection » (dernier morceau), on devine l’accalmie. Par la fenêtre, la lumière impose un nouveau cycle sans nuances. Il est temps, de refermer la porte et de partir dans un soupir de soulagement. Dans une nouvelle respiration.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s