Illuha

Illuha « Interstice » (12K)


Elles arrivaient en petits bancs flottants dans l’air. Souples comme des feuilles d’automne, comme un nuage de poussières
légèrement phosphorescentes dans les rayons du soir. Trois morceaux comme un écho au « coupeur de roseaux » de Junichirô Tanizaki.

 » Le soir, je raccompagne un ami sur la rivière Xunyang,
Les feuilles d’érable et les joncs bruissent dans le vent de l’automne »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s