Ekkehard Ehlers … écoute

Ekkehard Ehlers « Adikia » (Staubgold)

La musique oscille avec élégance entre avant-garde électronique, improvisation et modernisme théâtral sans tomber en proie à des clichés trop teintés ou des gestes trop exubérants.

A part le vent et une vague rumeur d’une ville lointaine, pas un bruit n’arrive jusqu’ici. Il y a des respirations, des silences. Des paysages nocturnes, des soirées passées au bord de l’eau dans un port fatigué, des promenades dans les sentiers solitaires, des ruelles jaunies par la lueur blafarde du réverbère.. Quand le vent s’engouffre, on entend le râle d’un alto, l’espérance d’une flûte, l’usure de l’électronique au loin.. La musique souffle entre les branches, comme dans un jeu d’osselets.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s